Archives de Tag: Futurapolis

LES GARDES DU CORPS DE FRANCOIS HOLLANDE

Après son enfarinage du 1er février 2012, François Hollande, avait déclaré dans son twitt du lendemain : « Je tiens à vous dire que je ne changerai pas la manière avec laquelle je veux dialoguer avec les Français. Je souhaite garder ma liberté. »

Lors de son intervention du 11 février 2012 au Sommet de l’innovation Futurapolis, à Toulouse, le service d’ordre était portant assez tendu. Les gardes du corps et policiers avaient interdit à la presse de s’assoir au premier rang, impossible également de s’approcher de la scène, à part deux cameramen qui filmaient l’événement en continu.

François Hollande avec le journaliste Franz-Olivier Giesbert du Point et Pierre Cohen à gauche, invités au Futurapolis de Toulouse. Il aurait simplement fallu un super zoom pour réaliser LA photo ! Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson

.

Il semble bien que les consignes d’ordre et de sécurité aient été données afin qu’un éventuel deuxième paquet de farine ne vienne ternir la neige toulousaine !

La tâche du SPHP  (service de protection des hautes personnalités) ou celle du garde du corps n’est pas aisée surtout pendant les campagnes électorales. Savoir être là à tous moments mais être discrets à la fois, c’est un juste équilibre qui est demandé à ces agents de sécurité. Après l’enfarinage parisien, il est certain qu’il a fallu revoir l’efficacité du service.

A la fin de son discours, François Hollande était attendu par les médias à l’extérieur pour être interviewé. Agglutinés devant une porte de sortie, ne lâchant pas un centimètre pour pouvoir faire LA photo et L‘interview, les médias ont grelotté plus de trente minutes dans le froid. Mais François Hollande est sorti discrètement par une autre porte. Il s’est engouffré dans une voiture noire aux vitres teintées. Envolé l’oiseau ! pas de photo…et surtout risque zéro.

FUTURAPOLIS ou L’INNOVATION SELON FRANCOIS BAYROU

Futurapolis doit être le « Davos » de l’innovation, annonce Pierre Cohen, maire de la Ville Rose dans son discours d’introduction.

François Hollande, ainsi que Nathalie Kosciusko-Morizet et François Bayrou étaient invités à ce sommet qui se tenait samedi à Toulouse.

Pour François Bayrou, l’innovation est tout d’abord culturelle. Dans l’entreprise les primes qui récompensent les inventeurs vont de 150 à 800 euros alors que la découverte peut faire gagner des millions à l’employeur. Cet exemple montre bien la place moindre qu’occupe la recherche dans l’entreprise française.

F. Bayrou

François Bayrou, invité au Futurapolis de Toulouse parle d’innovation, de recherche et de création. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson

.

Mais l’innovation commence aussi à l’école. Elle n’est pas que scientifique, elle est pratique et artistique, déclare-il.  Les élèves sont malheureusement plus souvent dans un modèle de reproduction que de création. Il s’agit du fameux « copier-coller ».

Par ailleurs, il a évoqué un moyen d’améliorer les performances du système de recherche : mettre un terme à la paperasse qui occupe 50 % du temps des chercheurs, temps consacré au contrôle et à l’homologation. A la réaction du public, il semble que cette solution ait été bien accueillie, mais une grande partie de l’auditoire étaient des chercheurs…

A la question de savoir si le fait que ce soit grave que les chercheurs français partent à l’étranger, il a fait la même remarque que Nathalie Kosciusko-Morizet : ce n’est pas grave qu’ils partent, c’est plutôt qu’ils ne reviennent pas ! Effectivement, les conditions  matérielles, la liberté de recherche sont telles que bien souvent, ils préfèrent rester travailler hors de l’hexagone.

Enfin, campagne électorale oblige, puisque François Bayrou se présente aux Présidentielles d’avril 2012, il s’est exprimé à propos du possible référendum sur les chômeurs et les étrangers prévu par Nicolas Sarkozy.  François Bayrou considère cette méthode offensante. C’est le contraire de la civilisation que l’on a voulu mettre en place a-t-il déclaré. Il est temps de dire assez ! Pour lui, il ne s’agit que d’une méthode pour engranger des voix de l’extrême droite. Il a conclu par un « c’est inacceptable !«