Archives de Tag: politique

LE TWEETVEILER GATE

Avec la gauche au pouvoir, les humoristes n’avaient plus rien à se mettre sous la dent. Nicolas Sarkozy était un très bon client, facile à caricaturer, au visage facile à croquer, quelques tics en prime. Des « casse toi pov’con » , des mots et des provocations qui ont provoqué des irritations, des rires, même s’ils étaient parfois jaunes.

Avec François Hollande à la Présidence, que pouvait-on dire maintenant ? Guy Bedos se disait bien embêté. Qu’est ce que les Aram, Guillon, Alévêque, Laporte allaient bien dire à propos de la politique pour nous faire rire ?

One man show de Christophe Aleveque

Vêtu de sa cape rouge et bleue, l’humoriste Christophe Alévêque présentait un spectacle en tant que faux candidat « Super Rebelle » avant les élections présidentielles de mai 2012 à Rennes lors du Forum Libération. Montage de deux photographies : © 2012 Véronique Samson.

.

Ce n’est pas un « pschitt » mais  un petit tweet de Valérie Trierweiler adressé à Olivier Falorni qui a déclenché hier un déferlement de jeux de mots, de critiques et de billets d’humour.

« Courage à Olivier Falorni qui n’a pas démérité, qui se bat aux côtés des Rochelais depuis tant d’années dans un engagement désintéressé. » tweet Valérie Trierweiler.

Les journaux parlent de « squd », de « couac », « d’embarras à l’Elysée ». Libération titre « la Première Gaffe de France »,  Le Figaro parle de « Dallas à l’Elysée », d’autres parlent du « PSychodrame de la Rochelle »

S’il est possible d’ironiser comme le fait Sophie Aram ce matin dans sa chronique « Le PS à Fort Boyard », il s’agit aussi de se questionner. En soutenant la candidature d’Olivier Falorni contre Ségolène Royale, Valérie Trierweiler agit-elle en tant que Première Dame de France ou en tant que Valérie ou bien encore en tant que la journaliste Valérie Trierweiler ? Trois rôles en un, le public, le privé et le professionnel, trois cibles qui font couler de l’encre…

Ou bien ne serait-ce qu’une stratégie : François Hollande a soutenu Ségolène Royale et Valérie Trierweiler riposte en soutenant l’adversaire de Ségolène. Nous resterions dans la politique mais dans le registre du « œil pour œil, dent pour dent ». En attendant, les humoristes vont pouvoir en faire leur choux gras.

A lire aussi l’article du Soir de Bruxelles et repris dans le Courrier International.   « @valtrier et si on arrêtait le ridicule ? ». Au moins, nous faisons rire les voisins européens !

LES GARDES DU CORPS DE FRANCOIS HOLLANDE

Après son enfarinage du 1er février 2012, François Hollande, avait déclaré dans son twitt du lendemain : « Je tiens à vous dire que je ne changerai pas la manière avec laquelle je veux dialoguer avec les Français. Je souhaite garder ma liberté. »

Lors de son intervention du 11 février 2012 au Sommet de l’innovation Futurapolis, à Toulouse, le service d’ordre était portant assez tendu. Les gardes du corps et policiers avaient interdit à la presse de s’assoir au premier rang, impossible également de s’approcher de la scène, à part deux cameramen qui filmaient l’événement en continu.

François Hollande avec le journaliste Franz-Olivier Giesbert du Point et Pierre Cohen à gauche, invités au Futurapolis de Toulouse. Il aurait simplement fallu un super zoom pour réaliser LA photo ! Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson

.

Il semble bien que les consignes d’ordre et de sécurité aient été données afin qu’un éventuel deuxième paquet de farine ne vienne ternir la neige toulousaine !

La tâche du SPHP  (service de protection des hautes personnalités) ou celle du garde du corps n’est pas aisée surtout pendant les campagnes électorales. Savoir être là à tous moments mais être discrets à la fois, c’est un juste équilibre qui est demandé à ces agents de sécurité. Après l’enfarinage parisien, il est certain qu’il a fallu revoir l’efficacité du service.

A la fin de son discours, François Hollande était attendu par les médias à l’extérieur pour être interviewé. Agglutinés devant une porte de sortie, ne lâchant pas un centimètre pour pouvoir faire LA photo et L‘interview, les médias ont grelotté plus de trente minutes dans le froid. Mais François Hollande est sorti discrètement par une autre porte. Il s’est engouffré dans une voiture noire aux vitres teintées. Envolé l’oiseau ! pas de photo…et surtout risque zéro.

LES INDEMNITES DE MONSIEUR LE MAIRE

Comme chaque année, à l’occasion du 14 juillet, Monsieur le Maire, Christian De Langhe, lit son évocation aux morts dans le petit cimetière de St Martin la Campagne. Après la Marseillaise, il offre l’apéritif aux villageoises et aux villageois dans la petite mairie, qui jouxte le cimetière. Cette tradition se perpétue depuis 40 ans.

Le 14 juillet à St Martin la Campagne
Dans un petit village de l’Eure, Christian De Langhe, Maire de St Martin la Campagne, célèbre le 14 juillet en commençant par évoquer les morts du village puis en invitant les habitants à un apéritif. Crédit photographique : © Véronique Samson

Si cette invitation, simple et conviviale, peut paraître anodine, il faut bien noter que Monsieur le Maire utilise ses propres indemnités de fonction pour régaler les villageois et leur offrir kirs et amuse-gueules. Nous sommes donc loin du « pouvoir » et des multiples scandales liés aux notes de frais exorbitantes des hommes et femmes politiques :  cigares, hôtels de luxe, avions, appartements de fonction,  construction de piscine et autres, tout cela bien-sûr aux frais du contribuable. Merci Monsieur De Langhe de nous rappeler que certains édiles sont toujours intègres et qu’il n’y a pas que des « ripoux » en France ! Rappelons aussi à Monsieur Sarkozy qu’il n’était pas utile d’annuler la garden-party d’aujourd’hui, il suffisait tout simplement d’utiliser vos indemnités tout comme le fait Christian De Langhe depuis des années !