Archives de Tag: religion

PRISE D’OTAGE A TOULOUSE

C’est la deuxième prise d’otage à Toulouse pour ce mois de juin. Après celle de Météo France, celle-ci a lieu à environ 500 m de l’appartement de Mohammed Merah, dans une agence bancaire, située rue Camille Pujol dans le quartier bien connu maintenant de la Côte Pavée. Quatre personnes sont retenues depuis 10h du matin.

prise d'otage dans la rue Camille Pugol à Toulouse

La police repousse pour la deuxième fois le cordon de sécurité dans la rue Camille Pugol. L’agence bancaire, où sont retenus les otages sont dans un bâtiment sur le côté gauche, en bout de rue. Crédit photographique :  © 2012 Véronique Samson.

.

Le périmètre de sécurité a été déplacé à plusieurs reprises. Le lycée du Caouzou, non loin de la banque, a été évacué. Les bus qui circulaient dans cette artère ont été stoppés et rangés vides dans une ruelle adjacente. La circulation est déviée. Les habitants ne peuvent pas rentrer chez eux. Le quartier est fermé.

A 14h, le GIGN venu de Bordeaux, avait déjà pris position dans la rue. Un camion des secours a pris également place, le gaz a été coupé. Toute la logistique s’est mise en place. Une cellule de crise a été établie dans les bureaux d’une banque située non loin du cordon de sécurité. Un livreur de pizza est arrivé avec un nombre impressionnant de pizza stockées dans sa voiture.

GIGN lors de la prise d'otage Rue Camille Pugol

Le GIGN devant le QG, l’endroit où sont rentrés le Préfet, le Procureur de la République et le maire de Toulouse Pierre Cohen. L’agence bancaire, où sont les otages, se situe devant le bâtiment beige photographié à gauche. Crédit photographique :  © 2012 Véronique Samson.

.

A 15h30, le procureur de la République a fait un point devant la presse.

…« Les motivations relèvent de convictions religieuses et non pas de l’argent. Allez plus loin dans les précisions de type opérationnel, serait contre productif par rapport au dialogue que nous entretenons avec lui (le forcené). Un otage a été libéré, il reste une femme et deux hommes retenus.

Aucun autre détail. Nous nous sommes mis d’accord, nous n’ajoutons rien à ces quelques mots…les enjeux humains sont trop importants…pas d’autres précisions».

Sur ces mots, le procureur et le préfet sont repartis.

GIGN dans la Rue Camille Pugol a Toulouse

Le GIGN s’est positionné dans différents endroits de la Rue Camille Pujol et dans les rues adjacentes. Crédit photographique :  © 2012 Véronique Samson.

.

Contrairement à ce qui s’était passé pour l’affaire Merah, la presse massée dans la rue Camille Pugol n’a pas eu beaucoup d’éléments d’information. Pierre Cohen qui s’est déplacé sur les lieux, n’a rien rajouté non plus et a demandé la plus grande prudence quant aux termes utilisés pour les origines de la prise d’otage. Cependant une information circulait déjà, selon laquelle la sœur du forcené aurait joint son frère au téléphone et aurait déclaré celui-ci comme étant un malade psychiatrique.

Trop éloignée de lieu de la prise d’otage, il n’a pas été possible d’entendre les coups tirés. Mais la police bloquant une autre ruelle, a confirmé les tirs vers 17h. Le RAID a donné l’assaut et a blessé le forcené. Finalement, les otages ont été libérés.

Dans l’ambiance de suspicion qui règne depuis l’affaire Merah et le traumatisme qui reste bien vivace, on a parfois tendance à citer trop rapidement Al Qaïda, d’autant plus que le forcené évoquait des convictions religieuses. Il est facile aussi de se réclamer d’une telle mouvance complètement désorganisée et à la fois il est difficile d’aller vérifier cette appartenance lorsqu’elle est évoquée.

RASSEMBLEMENT SOUS LE SIGNE DE L’UNITE

Ce midi, on pouvait voir sur la place du Capitole de Toulouse des banderoles appelant à l’unité.

Rassemblement des confessions differentes

Citoyens, élus, édiles, juifs, musulmans et chrétiens ont partagé ensemble une minute de silence sur la place du Capitole. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson

.

Une marche silencieuse est organisée par le CRIF dimanche 25 mars 2012 allant de Jolimont à l’école Ozar Hatorah. Il a été demandé à ce qu’aucune banderole ne soit déployée à cette occasion.

Un seul mot d’ordre du CRIF :

« Pour la défense des valeurs républicaines, 

tous unis contre le terrorisme, la haine et l’extrémisme ! »

TOUCHE PAS A DIEU…TABERNACLE ! ou un pique-nique toulousain mouvementé

Aujourd’hui, dernière représentation de la pièce GOLGOTA PICNIC de Rodrigo Garcia au Théâtre Garonne de Toulouse et sous la protection de la police. Mais ils n’étaient pas nombreux les catholiques de France Jeunesse Civitas qui avaient organisé cette manifestation criant au blasphème.

Golgota Picnic protegee par la police

Brandissant des pancartes « Non au blasphème », « Attaquer la religion c’est de la discrimination », « Discrimination catholique ras le bol ! »,  les manifestants ont chanté des chants religieux et ont crié des slogans sans agressivité. Crédit photographique : © 2011 – Véronique Samson.

.

Les catholiques manifestent devant le Theatre Garonne

Face aux banderoles des manifestants, il n’y avait que quelques curieux aux balcons et la police devant les barrières de protection. La représentation de Golgota Picnic a commencé à l’heure. Crédit photographique : © 2011 – Véronique Samson.

.

Les catholiques manifestent devant le Theatre Garonne

A genou sur le parking bitumé, les manifestants ont prié et ont brandi chapelets et cierges – Crédit photographique : © 2011 – Véronique Samson.

.

Mais finalement que reprochent-ils à cette pièce ? Inadmissible, impudique, non, il n’est pas possible de montrer un pianiste nu dans cette pièce, déclare un des manifestants, qui n’a pas vu la pièce mais qui aurait regardé des extraits sur internet. Par ailleurs, ils disent qu’il est impossible de montrer une telle pièce alors que d’un autre côté on condamne la pédophilie. Mais où est le rapport ?

Par ailleurs, que veulent ces manifestants lorsqu’ils scandent « Catholiques debout, la France est à nous » ? Nous sommes ici bien loin du débat sur la création artistique et ce que l’on considère comme étant de l’art…

LE DALAI LAMA ou L’ART DU BONHEUR – par Véronique Samson

C’est avec toujours autant d’humour et d’esprit enfantin, que Le chef spirituel tibétain, le Dalai Lama a enseigné l’Art du Bonheur devant 10 000 personnes au Zénith de Toulouse. Voici le message qu’il a voulu transmettre grâce à son traducteur français, Matthieu Ricard.

Le principal engagement du Dalai Lama est de promouvoir l’éthique séculière ou les valeurs humaines fondamentales basées sur le respect des religions, des individus qui les pratiquent, même s’ils ont des vues différentes. Il s’agit bien-sûr aussi de respecter les incroyants. Pour ceux et celles qui se réclament d’une religion, il faut la pratiquer du fond du coeur et non pas de manière conventionnelle. Car il s’agit parfois d’hypocrisie flagrante, ces croyants sont en totale contradiction avec Dieu et les enseignements.

le Dalai Lama et Stephane Hessel

Lors de la conférence sur l’Art du Bonheur, retransmise à l’extérieur du Zénith de Toulouse, le Dalai Lama offre une écharpe de soie (khata) à Stéphane Hessel. Avec son air bon enfant, il explique à l’audience qu’offrir une écharpe blanche est de tradition indienne, que la fabrication de cette écharpe est chinoise et qu’elle est offerte par les Tibétains. Entrecoupé d’éclats de rire, le Dalai Lama conclut que cette écharpe est donc le symbole d’harmonie entre les peuples. Crédit photographique : © Véronique Samson

Mais comment étendre la notion d’éthique à tous les êtres humains ? Tout comme l’enfant dépend de l’affection prodiguée par la mère, nous dépendons de l’affection de notre entourage. Eduqué ou non, riche ou non, la bonté doit venir de l’intérieur. Cette bonté représente aussi la clé du calme intérieur. Il faut donc développer la confiance, la force intérieure afin d’avoir les ressources nécessaires pour faire face au monde extérieur. La peur, la colère et la haine ne sont que des facteurs qui perturbent et ravagent la paix intérieure.

Les sciences médicales viennent corroborer ce point de vue. En effet, des recherches tendent à prouver que les pensées négatives, la colère et la haine peuvent dévorer le système immunitaire. Seul l’esprit calme peut renforcer notre corps afin de mieux accepter le traitement médical prescrit. Des scientifiques américains ont même découvert la chose suivante en analysant les discours de personnes en vue : ceux qui sont excessivement centrés sur eux mêmes et qui dans leurs phrases multiplient les « je », les « moi » et les « mien » sont plus susceptibles d’avoir des attaques. En réalité, cette attitude montre un certain manque de confiance dans les autres, un sentiment de soupçon envers les autres. Or si nous avons confiance, c’est comme si nous faisions partie d’une même famille. Donc il n’est pas nécessaire de se mettre en avant, de faire de la publicité pour soi. Il suffit de rester simple.

S’ouvrir aux autres est la seule solution pour atteindre ce calme intérieur. Par contre se centrer sur soi, restreint notre univers mental et peut engendrer le sentiment d’isolement, de solitude et de dépression. Le Dalai Lama évoque son enfance au Potala dans les longs couloirs sombres. Soupçonneux, il croyait sentir des fantômes dans son cou.

Sa Saintete le Dalai Lama

Le Dalai Lama donne son enseignement dans le Zénith de Toulouse. Matthieu Ricard, son traducteur, transmet ses propos. Photographie d’une capture d’écran, retransmission des enseignements. Crédit photographique : © Véronique Samson

La leçon de cette approche scientifique est, rajoute-t-il, qu’il faut un esprit sain dans un corps sain. Lui-même a cultivé le calme mental en dépit des difficultés rencontrées et il a pu conserver la joie de vivre et une bonne santé. Il se retourne alors vers Stéphane Hessel, qui d’après lui doit avoir aussi un secret pour arriver à 94 ans à se déplacer sans canne ! Oui, le secret est bel et bien d’avoir un grand coeur, un coeur chaleureux.

A l’heure actuelle, où nous sommes confrontés à des défis mondiaux, un accroissement de la population, un réchauffement climatique global, toute l’humanité est concernée. Le bien être d’une nation va donc dépendre de solutions globales et c’est dans ce sens qu’il va falloir promouvoir la coopération à l’ensemble de l’humanité, basée sur la confiance et l’honnêteté.  Grâce à l’éducation, il sera possible de transmettre les notions de paix et de non-violence. Le Dalai Lama se dit profondément choqué par la violence survenue ces derniers jours au Royaume Uni, ce pays démocratique si avancé, si paisible d’habitude. Donc il faut éduquer et promouvoir la paix, c’est le seul antidote à un tel comportement.

Pour conclure, il nous encourage de faire du XXIe siècle, le siècle du dialogue. Le XXe siècle a été le plus sanguinaire de toute notre histoire et les guerres n’ont pas résolu les conflits. Introduire davantage les notions de valeurs humaines à travers l’éducation, réduire le fossé qui sépare les riches et les pauvres, les nations riches et les nations pauvres, réduire la corruption et toute autre forme de conduites qui minent notre société, voilà ce que propose le Dalai Lama.

Sa Sainteté le Dalai Lama

Le Dalai Lama devant 7 000 personnes au Zénith de Toulouse et 3 000 personnes lors de la retransmission des enseignements sur le net. Photographie d’une capture d’écran. Crédit photographique : © Véronique Samson

Mais pour cela, il faut bien sûr de la volonté, il faut que chacun se sente concerné par le sort de l’humanité. Rien n’arrivera tout cuit du ciel, il faut s’engager ! N’est ce pas sur ce point là aussi que se rencontrent Sa Sainteté le Dalai Lama et Stéphane Hessel, auteur de « Indignez vous«  ? Si en France la politique est sale, il faut s’engager. Il n’appartient qu’à nous, Français, de la nettoyer, ajoute le Dalai Lama !

Véronique Samson