Archives mensuelles : novembre 2010

COLA BY TARN

Après le Breizh Cola (le Cola du Phare Ouest), le Corsica Cola (Maure de soif) et l’Auvergnat Cola (Fai tot petar miladiu), voici le nouveau cola identitaire venu tout droit du Tarn, Cola by Tarn, une idée de Thierry Cabanis créée en octobre 2010.

Cola By Tarn
Avec des yeux aussi pétillants que son cola, Thierry Cabanis a présenté ce week end, son nouveau breuvage dans son magasin de Lavaur (81). Rien que samedi, il a offert environ 600 verres du Cola By Tarn. Crédit photographique : © Véronique Samson

Ce nouveau breuvage est moins sucré que le breuvage américain, et il a moins le goût de médicament, il est désaltérant et agréable.

Pour Thierry Cabanis, cette boisson n’est ni plus ni moins qu’une limonade et facile à produire. Mais, sa particularité est d’être fabriquée avec de l’eau de l’Aubrac. Jusqu’à présent, 10 000 bouteilles au design étudié ont été produites. Le consommateur peut acheter ce cola dans quelques bars et magasins locaux. Mais inutile d’aller le chercher dans la grande distribution ! Ce mot a le pouvoir de hérisser le poil de son créateur. Cependant, le breuvage commence à sortir du département et de la région, puisqu’il sera bientôt disponible à l’aéroport de Toulouse. Alors bon envol…

Publicités

LIBEREZ LES LOGICIELS ET LES CONTENUS !

Samedi 20 novembre, l’association toulousaine Toulibre a organisé une rencontre autour du logiciel libre à l’ENSEEIHT(Ecole Nationale Supérieure d’Electrotechnique, d’Electronique, d’Informatique, d’Hydraulique et des Télécommunications) de Toulouse.

Ouvert à un large public ainsi qu’à des informaticiens, geeks et autres spécialistes, cette manifestation a proposé des conférences ainsi que des installations gratuites du système d’exploitation Ubuntu. Il a été question aussi de logiciels libres de traitement de texte (OpenOffice), de dessin (Mypaint), de photo (Gimp, Fotoxx, Tintii entre autres), de musique et vidéo (Blender) ainsi que de toute la problématique liée à la restriction des libertés sur le net (loi Hadopi etc).

Par ailleurs, Adrienne Alix, présidente de l’association Wikimédia France, a présenté le projet Wikimédia lors de sa conférence devant un public déjà conquis.

Adrienne Alix

Adrienne Alix dans l’amphithéâtre de l’ENSEEIHT. Il faut diffuser la culture le plus largement possible et donc donner un accès libre à tous les contenus. Crédit photographique : Véronique Samson – licence creative commons CC-BY-SA

 

 

Elle a encouragé le public à participer à cette fabuleuse aventure du partage des connaissances et de la large diffusion de la culture. Elle propose de mettre des photos dans la bibliothèque de Wikimédia, afin qu’elles puissent être diffusées largement et être utilisées sans restriction. A travers un accord passé avec la Mairie de Toulouse, le Muséum d’Histoire Naturelle est en train de faire photographier des centaines d’objets préhistoriques grâce à des photographes bénévoles. Ces photographies seront déposées dans la bibliothèque de Wikimédia et seront libres d’accès.

Ce projet est bien évidemment très séduisant en ce qui concerne l’acquisition gratuite de photographies et c’est une fabuleuse aventure pour les photographes bénévoles.

Par contre pour les photographes professionnels qui désirent vivre de leurs oeuvres, est ce que ces milliers de photographies gratuites sur le net ne représentent pas une entrave à leur activité ? Qui va leur acheter des photos si celles-ci se trouvent gratuites sur le net ? Qui ira vérifier que la photo prise dans la bibliothèque de Wikimédia est bien utilisée comme l’indique la licence et qui ira se renseigner sur la signification des licences donnée par Wikimédia ? Qui garantit le respect de la légende ? Quelle est la traçabilité de la photographie ? N’y a-t-il pas quelques doutes à avoir sachant la méconnaissance du public concernant le métier de photographe professionnel et le manque de civisme de beaucoup de personnes surtout sous nos latitudes latines ? Le débat reste ouvert, même s’il n’y a aucun doute sur le fait que les photographes professionnels n’ont plus qu’à remettre en cause leur métier ou en changer !

SUSPENSE J-1

Voici cinq mois que Nicolas Sarkozy nourrit le suspense en ce qui concerne le remaniement ministériel. Qui va remplacer François Fillon, premier ministre ? Les pistes ont été soigneusement brouillées. Personne ne sait plus qui va prendre la succession, Jean-Louis Borloo est en course puis perd la course. François Baroin fait irruption. Voici maintenant qu’Alain Juppé annonce son retour et le cumul de ses fonctions ! Pourquoi pas lui, puisque les autres les font ?

remaniement ministeriel fillon

F. Fillon et J.L Borloo à l’Assemblée Nationale le 4 mai 2010. Crédit photographique : © Véronique Samson

Bizarre tout de même d’avoir attendu 5 mois pour que tout se précipite ce week end ! Qu’est ce que cela cache ? En tous les cas, les étudiants de Sciences Po ne comprennent plus la stratégie, car un remaniement cela se fait d’habitude en un coup de cuillère à pot !

LE RAS LE BOL DES FEMMES

Certaines sont inquiètes, d’autres en colère. C’est un avenir « flou » qui se dessine pour les femmes. Elles sont descendues dans la rue pour manifester leur ras le bol. Oui, les femmes en ont assez de la triple peine : des salaires inférieurs à ceux des hommes, des carrières hachées, des retraites moindres, car en plus ce sont elles qui élèvent les enfants !

Véronique Samson la retraite des femmes

Ce n’est pas parce que la loi sur la réforme de la retraite a été votée que les femmes ne continueront pas la lutte. « La lutte pour la justice et les droits est permanente. » Crédit photographique : © Véronique Samson

Alors quand les femmes s’occupent de leurs parents âgés, de leurs enfants et de leurs petits enfants, et qu’ainsi elles font le lien transgénérationnel, la loi qui vient d’être votée sur la réforme de la retraite, est très mal accueillie. Non les femmes ne veulent pas de cette retraite là, elles le disent haut et fort !

Voir le reportage INEGALITES, LE RAS LE BOL DES FEMMES

JOUR DES MORTS

Aujourd’hui jour des morts, c’est l’occasion de penser à ceux qui ne sont plus parmi nous et sans qui, nous ne serions rien ou pas tout à fait pareil.

Véronique Samson sculpture Tinguely
Sculpture de Tinguely dans un bassin face à l’IRCAM (Paris) – crédit photographie : © Véronique Samson

Qui n’a pas dans un coin de son cerveau le souvenir d’un ou d’une professeur, d’un maître d’école, d’une amie ou d’un ami qui nous a permis de nous dépasser, d’aller plus loin sur le chemin de la vie. Une personne qui nous a soutenu sans jugement malgré vents et tempêtes ! Partis trop vite, ils nous manquent mais ils sont présents, parfois même plus qu’auparavant.

Ils ont été essentiels pour la construction de nos émotions, de notre sensibilité, de notre savoir, de notre vie !