Archives de Tag: Rio Loco

LE FADO QUI REND LOCO !

Telle une sirène, Mariza, a envoûté un public, venu très nombreux entendre sa magnifique voix.

Mariza auf festival Rio Loco

Mariza, la Diva du fado sur la scène du festival Rio Loco, consacré aux pays lusophones. Crédit photographique :  © 2012 Véronique Samson.

.

Elle a interprété des chansons aux accents variés, issus de ses racines mozambicaines et portugaises. La superbe blonde platine mêle et tisse le fado traditionnel aux accents jazzy et rajoute un zeste de blues.

Douce et fulgurante à la fois, la Diva du fado, a une présence extraordinaire. Elle occupe, avec ses musiciens, tout l’espace mais elle sait aussi descendre de la scène pour saluer et chanter devant ses fans. Espiègle, enfantine, simple et sophistiquée, elle aurait rendu Ulysse complètement « loco* » !

Mariza sur la scene du festival Rio Loco

La superbe Mariza à la voix enchanteresse. Crédit photographique © 2012 Véronique Samson.

.

* loco = fou en espagnol

AMBIANCE RIO LOCO

Le groupe de musique Bambas Dois a clôturé le festival Rio Loco 2012.

Un mélange d’ambiance jamaïcaine et brésilienne. A suivre…

Bambas Dois

Le groupe Bambas Dois sur la scène du Pont Neuf au festival Rio Loco. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

.

Nous aurons peut-être le plaisir de les revoir l’année prochaine, puisque le prochain festival est consacré aux Caraïbes ! Les paris sont ouverts !

LE FESTIVAL RIO LOCO 2013

Au festival de musique Rio Loco, les enfants sont les rois et les reines. Ils peuvent jouer dans des œuvres éphémères, telles des coques de bateau en bois disposés sur la vaste Prairie des Filtres en bordure de Garonne et emprunter tout plein de « festijeux ». Ils peuvent aussi regarder des spectacles circassiens ou se reposer dans l’herbe. Ils étaient nombreux cette année à accompagner leurs parents, à moins que ce ne soit les parents qui aient décidé d’accompagner leurs enfants…

Quoi de plus naturel d’annoncer la prochaine thématique de Rio Loco 2013 par une petite ambassadrice ! Roxanne est une petite fille de 10 ans, née dans une famille guadeloupéenne et rencontrée par hasard par Hervé Bordier le dernier jour du festival. « J’ai repéré cette petite fille, car avec sa coiffure elle ressemble étonnamment à l’affiche du festival« .

Roxane ambasadrice du Rio Loco 2013

Sur scène, Roxanne, la petite ambassadrice du Rio Loco 2013 annonce avec Hervé Bordier, directeur du festival, la programmation du prochain festival. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

.

Coiffée de papillons, de fleurs et de fruits, une création du « dresseur de cheveux » Christophe Pavia, elle a entonné une chanson des iles pour annoncer le prochain Rio Loco qui sera consacré aux Ils des Caraïbes.

Le festival aura lieu du 12 au 16 juin 2013. Nous voyagerons donc de Cuba à Trinidad en passant par la Guadeloupe. Nous voyagerons également dans une étonnante diversité de langues, une manière aussi d’établir des ponts entre les cultures grâce à la musique.

UNE HISTOIRE DECOIFFANTE ou les coiffures mystérieuses

Christophe Pavia est un artiste passionné de coiffures. Il est « dompteur de cheveux » ou « dresseur de cheveux ». C’est ainsi qu’il se présente. Il précise : «je ne suis pas un coiffeur. Je ne coiffe pas mais je décoiffe ».

Dans une petite cage ouverte et remplie d’accessoires, telle un petit théâtre, il crée d’extraordinaires coiffures. Il fait de vous une marquise ou une comtesse d’un jour, d’une nuit.

Christophe Pavia en train de créer ses coiffures

Christophe Pavia en train de créer une coiffure avec la chevelure d’une petite fille au festival Rio Loco de Toulouse. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

.

En sept minutes, il vous transforme non pas avec une perruque ou un chapeau mais en utilisant des végétaux, des fruits, de la cannelle, du citron, des papillons et des oiseaux…Tout un monde poétique, coloré, fleuri et éphémère joue avec votre chevelure. Ses créations sont toutes différentes. Il s’inspire des vêtements que vous portez et de votre univers. Blonds, châtains, noirs, crépus, frisés ou raides comme des baguettes, le « dresseur de cheveux » prouve son talent et réalise une œuvre originale.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette transformation de l‘image de soi peut déranger : porter cette création attire les regards des badauds et des photographes. Or, nous ne sommes plus habitués à cela dans la monotone culture de l’uniformité et de la standardisation.

Mais c’est bien là que réside le paradoxe car nombreuses sont celles qui rêvent d’être admirées, d’être la star d’un jour mais ne supportent pas le regard des autres. A l’heure actuelle où les hommes ont bien souvent un regard vague et un téléphone portable visé à l’oreille, ou bien encore un regard un peu trop posé sur le buste, ou carrément scotché au sol, qu’il serait agréable d’entendre la gente masculine déclarer : « t’a de beaux cheveux, tu sais » !

Alors mes dames, soyez de mèche avec ce créateur et allez rencontrer ce « dompteur de cheveux » pour découvrir ses mystérieuses coiffures. Son petit théâtre ambulant se trouvera prochainement à St Helen (fin juin), ou à Carraix au festival des Vieilles Charrues (mi-juillet), à Aurillac au festival des Arts de la Rue (mi-août), ou bien encore si vous êtes à l’étranger, en Belgique, aux Pays Bas et en Allemagne.

LENINE et CONJUNTO ANGOLA 70

Après Madredeus et le brillant hommage consacré à Cesaria Evora, décédée en décembre 2011, voici le groupe Conjunto Angola 70 avec un mélange de guitares électriques et d’instruments traditionnels. Des accents afro-rock et de rumba flottaient sur les berges de la Garonne. Un groupe à suivre absolument !

le groupe Conjunto Angola 70

Dans un autre style, Lenine, chanteur compositeur brésilien, lauréat de plusieurs prix, a subjugué une foule assez jeune. Il a su dégager tant une atmosphère électro-rock qu’une douceur envahissante.

Lenine en concert

Le chanteur Lenine sur la scène du Pont Neuf du festival Rio Loco à Toulouse . Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

.

Lenin en concert au festival Rio Loco

Lenine à la guitare. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

.

voir le programme du festival Rio Loco

MADREDEUS au festival Rio Loco-Lusofonia

Grâce au film « Lisbon stories » tourné en 1994 par Wim Wenders, le groupe de musique portugais Madredeus est arrivé très rapidement sur le devant de la scène. Il est devenu la référence dans le domaine du fado. Wim Wenders filme les répétitions du groupe et Ainda devient la bande originale du film.

Mais en 2007, la chanteuse Teresa Salgueiro quitte le groupe ainsi que deux musiciens. Il ne reste plus que le guitariste et membre fondateur, Pedro Ayres Magalhaes.

Depuis, le groupe s’est reformé et c’est maintenant avec la chanteuse Beatriz Nunes que Madredeus sillionne l’Europe. C’est une très belle voix mais qui n’a rien à voir avec celle de l’ancienne chanteuse du groupe. « Petit à petit le groupe prend ses marques et s’améliore » nous dit le directeur du groupe.

Actuellement, le nouveau groupe Madredeus chante devant un public toulousain pour le festival Rio Loco – Lusofonia. Il a été bien accueilli.

Madredeus

Le groupe Madredeus dans sa nouvelle formation compte cinq musiciens et une chanteuse. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

.

Madredeus reprend le même répertoire mais avec des arrangements différents.  Il sera en concert en Belgique en décembre et peut-être à Paris.

Baatriz Nunes

La chanteuse Beatriz Nunes sur la scène du Pont Neuf au festival Rico Loco – Lusofonia. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

STAFF BENDA BILILI ou les endiablés

Le groupe congolais Staff Benda Bilili avec ses musiciens endiablés, s’est produit devant un public toulousain très nombreux. Quelle ambiance ! Musiciens et spectateurs se déhanchaient, se trémoussaient selon les possibilités de mouvement de chacun. Mais quelle énergie et quelle contagion ! Ils ont su séduire avec leur musique très colorée et leur large sourire. Bravo les Benda Bilili !

Staff Benda Bilili au Rio Loco - Véronique Samson

Le groupe Staff Benda Bilili sur la scène du Festival Rio Loco à Toulouse. Crédit photographique : © Véronique Samson