Archives de Tag: Toulouse

LE BONHEUR EST VACHE ou LA COW PARADE

Née à Chicago en 1999, la Cow Parade a sillonné le monde entier pour présenter ses vaches. Après Paris (2006), Marseille (2007) et Bordeaux (2010), un troupeau de bovins tagués, bariolés et vachement artistique a battu le pavé toulousain.

Les vaches ont fait leur apparition sur la place du Capitole le 1er septembre pour ensuite se disperser dans les différents squares et jardins de la ville. Elles ont toutes le même gabarit. Vous les découvrez debout ou couchées, en plein ou en filaire.

Actuellement, le bonheur est vache à Toulouse, mais n’en est-il pas toujours ainsi ?

cow parade a toulouse

Après le coq au vin, la vache au vin… Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

PRISE D’OTAGE A TOULOUSE

C’est la deuxième prise d’otage à Toulouse pour ce mois de juin. Après celle de Météo France, celle-ci a lieu à environ 500 m de l’appartement de Mohammed Merah, dans une agence bancaire, située rue Camille Pujol dans le quartier bien connu maintenant de la Côte Pavée. Quatre personnes sont retenues depuis 10h du matin.

prise d'otage dans la rue Camille Pugol à Toulouse

La police repousse pour la deuxième fois le cordon de sécurité dans la rue Camille Pugol. L’agence bancaire, où sont retenus les otages sont dans un bâtiment sur le côté gauche, en bout de rue. Crédit photographique :  © 2012 Véronique Samson.

.

Le périmètre de sécurité a été déplacé à plusieurs reprises. Le lycée du Caouzou, non loin de la banque, a été évacué. Les bus qui circulaient dans cette artère ont été stoppés et rangés vides dans une ruelle adjacente. La circulation est déviée. Les habitants ne peuvent pas rentrer chez eux. Le quartier est fermé.

A 14h, le GIGN venu de Bordeaux, avait déjà pris position dans la rue. Un camion des secours a pris également place, le gaz a été coupé. Toute la logistique s’est mise en place. Une cellule de crise a été établie dans les bureaux d’une banque située non loin du cordon de sécurité. Un livreur de pizza est arrivé avec un nombre impressionnant de pizza stockées dans sa voiture.

GIGN lors de la prise d'otage Rue Camille Pugol

Le GIGN devant le QG, l’endroit où sont rentrés le Préfet, le Procureur de la République et le maire de Toulouse Pierre Cohen. L’agence bancaire, où sont les otages, se situe devant le bâtiment beige photographié à gauche. Crédit photographique :  © 2012 Véronique Samson.

.

A 15h30, le procureur de la République a fait un point devant la presse.

…« Les motivations relèvent de convictions religieuses et non pas de l’argent. Allez plus loin dans les précisions de type opérationnel, serait contre productif par rapport au dialogue que nous entretenons avec lui (le forcené). Un otage a été libéré, il reste une femme et deux hommes retenus.

Aucun autre détail. Nous nous sommes mis d’accord, nous n’ajoutons rien à ces quelques mots…les enjeux humains sont trop importants…pas d’autres précisions».

Sur ces mots, le procureur et le préfet sont repartis.

GIGN dans la Rue Camille Pugol a Toulouse

Le GIGN s’est positionné dans différents endroits de la Rue Camille Pujol et dans les rues adjacentes. Crédit photographique :  © 2012 Véronique Samson.

.

Contrairement à ce qui s’était passé pour l’affaire Merah, la presse massée dans la rue Camille Pugol n’a pas eu beaucoup d’éléments d’information. Pierre Cohen qui s’est déplacé sur les lieux, n’a rien rajouté non plus et a demandé la plus grande prudence quant aux termes utilisés pour les origines de la prise d’otage. Cependant une information circulait déjà, selon laquelle la sœur du forcené aurait joint son frère au téléphone et aurait déclaré celui-ci comme étant un malade psychiatrique.

Trop éloignée de lieu de la prise d’otage, il n’a pas été possible d’entendre les coups tirés. Mais la police bloquant une autre ruelle, a confirmé les tirs vers 17h. Le RAID a donné l’assaut et a blessé le forcené. Finalement, les otages ont été libérés.

Dans l’ambiance de suspicion qui règne depuis l’affaire Merah et le traumatisme qui reste bien vivace, on a parfois tendance à citer trop rapidement Al Qaïda, d’autant plus que le forcené évoquait des convictions religieuses. Il est facile aussi de se réclamer d’une telle mouvance complètement désorganisée et à la fois il est difficile d’aller vérifier cette appartenance lorsqu’elle est évoquée.

AMBIANCE RIO LOCO

Le groupe de musique Bambas Dois a clôturé le festival Rio Loco 2012.

Un mélange d’ambiance jamaïcaine et brésilienne. A suivre…

Bambas Dois

Le groupe Bambas Dois sur la scène du Pont Neuf au festival Rio Loco. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

.

Nous aurons peut-être le plaisir de les revoir l’année prochaine, puisque le prochain festival est consacré aux Caraïbes ! Les paris sont ouverts !

LE FESTIVAL RIO LOCO 2013

Au festival de musique Rio Loco, les enfants sont les rois et les reines. Ils peuvent jouer dans des œuvres éphémères, telles des coques de bateau en bois disposés sur la vaste Prairie des Filtres en bordure de Garonne et emprunter tout plein de « festijeux ». Ils peuvent aussi regarder des spectacles circassiens ou se reposer dans l’herbe. Ils étaient nombreux cette année à accompagner leurs parents, à moins que ce ne soit les parents qui aient décidé d’accompagner leurs enfants…

Quoi de plus naturel d’annoncer la prochaine thématique de Rio Loco 2013 par une petite ambassadrice ! Roxanne est une petite fille de 10 ans, née dans une famille guadeloupéenne et rencontrée par hasard par Hervé Bordier le dernier jour du festival. « J’ai repéré cette petite fille, car avec sa coiffure elle ressemble étonnamment à l’affiche du festival« .

Roxane ambasadrice du Rio Loco 2013

Sur scène, Roxanne, la petite ambassadrice du Rio Loco 2013 annonce avec Hervé Bordier, directeur du festival, la programmation du prochain festival. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

.

Coiffée de papillons, de fleurs et de fruits, une création du « dresseur de cheveux » Christophe Pavia, elle a entonné une chanson des iles pour annoncer le prochain Rio Loco qui sera consacré aux Ils des Caraïbes.

Le festival aura lieu du 12 au 16 juin 2013. Nous voyagerons donc de Cuba à Trinidad en passant par la Guadeloupe. Nous voyagerons également dans une étonnante diversité de langues, une manière aussi d’établir des ponts entre les cultures grâce à la musique.

UNE HISTOIRE DECOIFFANTE ou les coiffures mystérieuses

Christophe Pavia est un artiste passionné de coiffures. Il est « dompteur de cheveux » ou « dresseur de cheveux ». C’est ainsi qu’il se présente. Il précise : «je ne suis pas un coiffeur. Je ne coiffe pas mais je décoiffe ».

Dans une petite cage ouverte et remplie d’accessoires, telle un petit théâtre, il crée d’extraordinaires coiffures. Il fait de vous une marquise ou une comtesse d’un jour, d’une nuit.

Christophe Pavia en train de créer ses coiffures

Christophe Pavia en train de créer une coiffure avec la chevelure d’une petite fille au festival Rio Loco de Toulouse. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

.

En sept minutes, il vous transforme non pas avec une perruque ou un chapeau mais en utilisant des végétaux, des fruits, de la cannelle, du citron, des papillons et des oiseaux…Tout un monde poétique, coloré, fleuri et éphémère joue avec votre chevelure. Ses créations sont toutes différentes. Il s’inspire des vêtements que vous portez et de votre univers. Blonds, châtains, noirs, crépus, frisés ou raides comme des baguettes, le « dresseur de cheveux » prouve son talent et réalise une œuvre originale.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette transformation de l‘image de soi peut déranger : porter cette création attire les regards des badauds et des photographes. Or, nous ne sommes plus habitués à cela dans la monotone culture de l’uniformité et de la standardisation.

Mais c’est bien là que réside le paradoxe car nombreuses sont celles qui rêvent d’être admirées, d’être la star d’un jour mais ne supportent pas le regard des autres. A l’heure actuelle où les hommes ont bien souvent un regard vague et un téléphone portable visé à l’oreille, ou bien encore un regard un peu trop posé sur le buste, ou carrément scotché au sol, qu’il serait agréable d’entendre la gente masculine déclarer : « t’a de beaux cheveux, tu sais » !

Alors mes dames, soyez de mèche avec ce créateur et allez rencontrer ce « dompteur de cheveux » pour découvrir ses mystérieuses coiffures. Son petit théâtre ambulant se trouvera prochainement à St Helen (fin juin), ou à Carraix au festival des Vieilles Charrues (mi-juillet), à Aurillac au festival des Arts de la Rue (mi-août), ou bien encore si vous êtes à l’étranger, en Belgique, aux Pays Bas et en Allemagne.

LENINE et CONJUNTO ANGOLA 70

Après Madredeus et le brillant hommage consacré à Cesaria Evora, décédée en décembre 2011, voici le groupe Conjunto Angola 70 avec un mélange de guitares électriques et d’instruments traditionnels. Des accents afro-rock et de rumba flottaient sur les berges de la Garonne. Un groupe à suivre absolument !

le groupe Conjunto Angola 70

Dans un autre style, Lenine, chanteur compositeur brésilien, lauréat de plusieurs prix, a subjugué une foule assez jeune. Il a su dégager tant une atmosphère électro-rock qu’une douceur envahissante.

Lenine en concert

Le chanteur Lenine sur la scène du Pont Neuf du festival Rio Loco à Toulouse . Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

.

Lenin en concert au festival Rio Loco

Lenine à la guitare. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

.

voir le programme du festival Rio Loco

LA VIE EN MULTICOLORE

Les serres municipales de Toulouse emploient 24 jardiniers pour s’occuper d’environ 450 000 plantes, que nous découvrons en toutes saisons dans les parterres bigarrés, les rond-points fleuris et les jardins divins de la Cité de la Violette.

Serres municipales

Eclat de couleurs dans les serres municipales. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

.

Visiter les serres est un moment extraordinaire. C’est une multitude de carrés multicolores qui s’offrent aux visiteurs. Pas moins de 400 variétés de fleurs à découvrir et 80 variétés de violettes ! Mais attention, la découverte ne se fait que pendant un week-end par an. En effet, ce vaste jardin chamarré est fermé au public pendant toute l’année.