Archives de Tag: police

PRISE D’OTAGE A TOULOUSE

C’est la deuxième prise d’otage à Toulouse pour ce mois de juin. Après celle de Météo France, celle-ci a lieu à environ 500 m de l’appartement de Mohammed Merah, dans une agence bancaire, située rue Camille Pujol dans le quartier bien connu maintenant de la Côte Pavée. Quatre personnes sont retenues depuis 10h du matin.

prise d'otage dans la rue Camille Pugol à Toulouse

La police repousse pour la deuxième fois le cordon de sécurité dans la rue Camille Pugol. L’agence bancaire, où sont retenus les otages sont dans un bâtiment sur le côté gauche, en bout de rue. Crédit photographique :  © 2012 Véronique Samson.

.

Le périmètre de sécurité a été déplacé à plusieurs reprises. Le lycée du Caouzou, non loin de la banque, a été évacué. Les bus qui circulaient dans cette artère ont été stoppés et rangés vides dans une ruelle adjacente. La circulation est déviée. Les habitants ne peuvent pas rentrer chez eux. Le quartier est fermé.

A 14h, le GIGN venu de Bordeaux, avait déjà pris position dans la rue. Un camion des secours a pris également place, le gaz a été coupé. Toute la logistique s’est mise en place. Une cellule de crise a été établie dans les bureaux d’une banque située non loin du cordon de sécurité. Un livreur de pizza est arrivé avec un nombre impressionnant de pizza stockées dans sa voiture.

GIGN lors de la prise d'otage Rue Camille Pugol

Le GIGN devant le QG, l’endroit où sont rentrés le Préfet, le Procureur de la République et le maire de Toulouse Pierre Cohen. L’agence bancaire, où sont les otages, se situe devant le bâtiment beige photographié à gauche. Crédit photographique :  © 2012 Véronique Samson.

.

A 15h30, le procureur de la République a fait un point devant la presse.

…« Les motivations relèvent de convictions religieuses et non pas de l’argent. Allez plus loin dans les précisions de type opérationnel, serait contre productif par rapport au dialogue que nous entretenons avec lui (le forcené). Un otage a été libéré, il reste une femme et deux hommes retenus.

Aucun autre détail. Nous nous sommes mis d’accord, nous n’ajoutons rien à ces quelques mots…les enjeux humains sont trop importants…pas d’autres précisions».

Sur ces mots, le procureur et le préfet sont repartis.

GIGN dans la Rue Camille Pugol a Toulouse

Le GIGN s’est positionné dans différents endroits de la Rue Camille Pujol et dans les rues adjacentes. Crédit photographique :  © 2012 Véronique Samson.

.

Contrairement à ce qui s’était passé pour l’affaire Merah, la presse massée dans la rue Camille Pugol n’a pas eu beaucoup d’éléments d’information. Pierre Cohen qui s’est déplacé sur les lieux, n’a rien rajouté non plus et a demandé la plus grande prudence quant aux termes utilisés pour les origines de la prise d’otage. Cependant une information circulait déjà, selon laquelle la sœur du forcené aurait joint son frère au téléphone et aurait déclaré celui-ci comme étant un malade psychiatrique.

Trop éloignée de lieu de la prise d’otage, il n’a pas été possible d’entendre les coups tirés. Mais la police bloquant une autre ruelle, a confirmé les tirs vers 17h. Le RAID a donné l’assaut et a blessé le forcené. Finalement, les otages ont été libérés.

Dans l’ambiance de suspicion qui règne depuis l’affaire Merah et le traumatisme qui reste bien vivace, on a parfois tendance à citer trop rapidement Al Qaïda, d’autant plus que le forcené évoquait des convictions religieuses. Il est facile aussi de se réclamer d’une telle mouvance complètement désorganisée et à la fois il est difficile d’aller vérifier cette appartenance lorsqu’elle est évoquée.

Publicités

DETONATION DANS LA NUIT

Trois détonations ont déchiré le silence de la nuit toulousaine. Il était 23h30. Et puis, plus rien !

La police a plongé dans le noir les rues jouxtant l’appartement où est retranché le présumé tueur au scooter. Est-ce que la police prévoit de réduire les forces de Mohamed Merah par la privation de sommeil ? Ceci expliquerait les détonations mais ce n’est qu’une supposition.

forcene de Toulouse

Les forces de l’ordre ont quadrillé le périmètre de sécurité et bloquent toutes les entrées. A droite, l’ensemble d’habitation constitue un bloc de plusieurs immeubles et le forcené occupe un appartement qui se situe dans la partie non éclairée. Les habitants de la zone dangereuse ont dû momentanément déménager. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

.

Alertés par le bruit des détonations, des riverains se sont précipités vers le périmètre de sécurité pour…ne rien voir. Attendons demain matin, les choses bougeront peut-être aux aurores.

ARRESTATION IMMINENTE DU TUEUR AU SCOOTER A TOULOUSE

Il est retranché chez lui au 17, Rue du Sergent Vigné, à Toulouse depuis ce matin. Il habite un immeuble de 4 étages situé dans un quartier de petites villas calmes et tranquilles.

Le présumé tueur au scooter qui a ôté la vie de trois enfants de l’école Ozar Hatorah et d’un professeur ne s’est toujours pas rendu.  Il a tiré sur les forces de police à 1h du matin. Depuis, les négociateurs maintiennent le contact avec Mohamed Merah, afin qu’il se rende de lui-même. Il devait se rendre en après midi. Aux dernières nouvelles de 17h, il doit se rendre en soirée. La police compte sur la fatigue du forcené dont l’énergie et la concentration doivent peu à peu diminuer.

La police fait le siège du quartier. Toutes les rues alentours sont bloquées. Ce matin, les habitants du 17 ont dû quitter précipitamment leur appartement, ils attendent encore derrière le cordon de sécurité. Les CRS raccompagnent les riverains qui doivent rentrer chez eux. Pour les personnes âgées qui ne peuvent plus cuisiner, les plateaux repas ont été distribués, comme à l’habitude.

forcene de Toulouse

Ballet de voitures de police, de motards, de camions de pompier. Tous attendent le dénouement de cette salle affaire. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

.

forcene à Toulouse

La police fait le siège du quartier et a bloqué toutes les rues du périmètre de sécurité. Une habitante se fait raccompagner par un CRS pour sortir du périmètre. Crédit photographique : © 2012 Véronique Samson.

.

La presse nationale et internationale s’est placée aux endroits stratégiques mais il est impossible de voir le bâtiment de face. Entre les annonces de rédditions, de démentis et d’éventuels dénouements imminents , les journalistes et photographes attendent dans le froid et dans le vent d’autan. Etant donné que la police veut ce suspect vivant, les négociations risquent de durer encore.

INDIGNEZ VOUS ! à Rennes ou ailleurs…

Rennes, le 30 mai 2011,

Tout comme les Indignés de la Bastille à Paris, ceux de la place de la Mairie de Rennes se sont faits déloger par la police après quelques jours d’occupation des lieux.

Le campement de fortune a suscité néanmoins de l’intérêt, puisque nombre de personnes se sont arrêtées pour discuter. On pouvait lire des slogans, tels que « discuter ensemble, c’est donner du sens à l’acte politique« , ou bien encore « On a toujours le choix. Renoncer, c’est perdre son humanité. Indignez vous et révoltez vous ! »

Indignez-vous Véronique Samson

La police est venue avec un camion benne pour « nettoyer » le campement de fortune des Indignés sur la place de la Mairie de Rennes. Le jour suivant, la place devait être à nouveau occupée mais cette fois-ci par des aficionados d’opéra qui dans des transats, ont pu suivre une retransmission en direct d’un opéra de Mozart. Crédit photographique :  © 2011 Véronique Samson.

.

Pour Mériadec venu du Havre, il s’agit aussi de « soutenir les mouvements grecs et portugais. » Car les indignés s’inscrivent dans une mouvance anticapitaliste et veulent une démocratie participative, citoyenne ou chacun peut s’exprimer. De gauche, ce mouvement a fait boule de neige puisque de Toulouse à Rennes en passant par Strasbourg, Metz, Lyon et Montpellier, les indignés le font savoir haut et fort et remporte beaucoup de sympathie.