Archives de Catégorie: véronique samson reporter

Gazon volant : d’étranges sculptures

Cette année, la ville de Rennes se met au vert pendant quelques mois. C’est dans le merveilleux jardin du Thabor que l’on peut voir l’installation paysagère de Laurence de Leersnyder, produite et présentée par 40mcube.

Dans son exposition intitulée « Perspective de fuite à l’anglaise », l’artiste propose sept sculptures volantes. Ce sont sept plaques de gazon qui se déforment, ondulent et décollent, laissant au sol une empreinte de terre.

Avec cette envolée de verdure, l’artiste provoque l’étonnement et la curiosité des visiteurs. Est-ce réellement de la pelouse ou est-ce du gazon artificiel ? La tentation est forte d’enfreindre la pancarte « pelouse interdite » pour aller vérifier la matière. Mais méfiez-vous car le gardien du parc vous chassera et vous ne pourrez pas vous échapper sur ces oniriques gazons volants.

Le gazon volant

Sculpture de Laurence de Leersnyder. Crédit photographique : © 2017 Véronique Samson
« Perspective de fuite à l’anglaise » – acier, terre et gazon artificiel – à voir au jardin du Thabor de Rennes jusqu’au 30 septembre 2017.
Publicités

Sorti de rien – un récit d’Irène Frain

Sorti de rien est une expression communément utilisée par ceux et celles qui méconnaissent la richesse du monde du rien, si cher au cinéaste Ozu. Mu, le rien constant, est l’épitaphe qu’il a choisi. Rien, c’est aussi comme si on vous disait que votre merveilleux jardin occupait désormais une ancienne friche, où il n’y avait rien. Or c’est faire abstraction de la vie souterraine avec ses millions d’animaux transformant la terre et ces milliards de graines qui n’attendent qu’à pousser. C’est aussi balayer d’un revers de main le genius loci. Ce n’est pas parce qu’on ne voit pas les choses, qu’elles n’existent pas.

Irne Frain

Invitée par la bibliothèque Lucien Rose de Rennes, Irène Frain, écrivain et journaliste, converse devant un public de lectrices. Radieuse, lumineuse, elle jongle avec les mots.
Crédit photographique : © 2017 Véronique Samson

 

Sorti de rien, c’est aussi le récit tramé, tissé savamment par Irène Frain. Telle une archéologue, elle fouille la mémoire du lieu, la mémoire familiale. Elle enquête prudemment, soigneusement et rassemble les fragments épars, distillés goutte à goutte par un père taiseux pour reconstituer son héritage, voire corriger une version faussée par la honte et la fierté. Dans une Bretagne peuplée de blancs, de rouges et de noirs, l’auteur nous fait humer la terre humide, le bois et la brume. Elle fait jaillir de la mémoire des personnages forts, qui ont développé une capacité de résilience phénoménale pour faire face aux clivages de l’époque, entre ceux qui vivent sur la bonne rive du Stang Ihuern et ceux du mauvais côté. Irène Frain, porte parole des réprouvés, des exclus, des méprisés, nous livre ici encore un récit sensible, profond et fascinant. Elle nous fait partager ses secrets de famille avec élégance et grâce.

Sorti de rien, Irène Frain – publié au Seuil, 2013

A lire aussi : Les Naufragés de l’île Tromelin, publié chez Lattes, 2009

 

Lancement de mes voeux 2015

Après les tueries de Vincennes, de Montrouge et chez Charlie Hebdo début janvier, nous pouvons espérer un retour au calme et croire que cette année 2015 sera meilleure !

Bonne et heureuse annee

Bonne et heureuse année – copyright : Véronique Samson

L’UNESCO a déclaré 2015  comme étant l’année internationale de la lumière et des techniques employant celle-ci, espérons que quelques fanatiques ne viennent pas nous l’éteindre !

L’après Charlie à Rennes

Après les larmes de douleur face aux événements tragiques en lien avec les massacres de Charlie Hebdo, sont apparues les larmes de l’espoir grâce au mouvement citoyen qui a réuni plus de 3 millions de personnes en France. Un élan historique, jamais Charlie n’aurait cru avoir autant de soutien !

les larmes de l'espoir - crédit photographique : Véronique Samson

Les larmes de l’espoir face au Liberté à Rennes – crédit photographique : Véronique Samson

Des marches spontanées ont eu lieu également dans toutes les grandes villes européennes, de Berlin à Istanbul en passant par Londres et Rome, mais aussi en Russie, au Canada et aux Etats-Unis, ce qui prouvent bien l’attachement fondamental des êtres humains à la liberté d’expression, à la liberté de penser et à la liberté de rire.

les couvertures de Charlie Hebdo - copyright : Véronique Samson

Les couvertures de Charlie Hebdo sur l’Esplanade Charles De Gaulle à Rennes  – copyright : Véronique Samson

Si les crayons brandis lors du mouvement du 11 janvier 2015 ont eu un impact au niveau de la galvanisation des masses et sont devenus un signe de ralliement, il reste néanmoins un travail énorme à faire au niveau de l’éducation des jeunes pour expliquer les valeurs attaquées par ces fondamentalistes sanguinaires : les libertés.

 

Crayons, bougies et dessins - copyright : Véronique Samson

Sur la place de la mairie de Rennes, des crayons, des bougies et des dessins – copyright : Véronique Samson

J+1 après Charlie – MDR

Gardons l'humour !

Gardons l’humour ! – Copyright Véronique Samson

 

 

Elan de solidarité « je suis Charlie »

115 000 personnes se sont réunies aujourd’hui 11 janvier 2015 à Rennes pour rendre hommage aux 17 victimes des attaques contre Charlie Hebdo, contre l’agent de police de Montrouge et les personnes du supermarché kasher de Vincennes. 17 morts à cause de l’intégrisme de quelques fanatiques épris de violence. C’est lourd. Cela ne s’était jamais vu en France.

je suis charlie Mairie de Rennes

« je suis Charlie » Mairie de Rennes – copyright Véronique Samson

La réaction citoyenne aura été à la mesure de l’effroi et de l’horreur. Une foule multicolore, de toute confession, âgée de 2 à 80 ans a brandi dans la capitale bretonne « Je suis Charlie ».

"Je suis Charlie" version familiale - copyright Véronique Samson

« Je suis Charlie » version familiale – copyright Véronique Samson

Jamais nous n’avions vu autant de pancartes bricolées, écrites à la main, de slogans imprimés en format A4, de crayons dans les chapeaux ou dans les cheveux. D’autres les portaient sur l’oreille à la manière du charcutier d’autrefois. Il me semble que pour la première fois, chacun a exprimé à sa façon, avec ses moyens et sa créativité les valeurs auxquelles il tient le plus : liberté d’expression, liberté de la presse, laïcité, fraternité. Il me semble aussi que ce sursaut citoyen a permis de reprendre espoir grâce à cette communauté de valeurs.

Tous à vos crayons  copyright Véronique Samson

Tous à vos crayons
copyright Véronique Samson

Badges et crayons Copyright Véronique Samson

Badges et crayons
Copyright Véronique Samson

NIHON BUYO ou la danse classique japonaise

Meiko Aoko est danseuse de Nihon Buyô.

Elle pratique la danse depuis l’âge de quatre ans et après avoir pratiqué les arts martiaux, elle s’est tournée vers cet art japonais : le Nihon Buyô. Il s’agit d’une danse classique japonaise qui répond à une chorégraphie et à des codes très précis. Il n’existe pas d’interprétation personnelle, pas de hasard, tout comme dans tout art martial. On trouverait la trace de cet art dès 712 dans un livre ancien. C’est aussi le fruit d’une longue évolution. Certains disent que « cette danse est l’accumulation de plusieurs siècles d’histoires« .

Actuellement, on retrouve aussi cet art dans le Kabuki buyo.

Meiko Aoko

Meiko Aoko est invitée à Rennes au Kaede Matsuri, une fête japonaise qui est l’occasion de se retrouver entre amis. Crédit photographique : © 2013 Véronique Samson.

.

Meiko Aoko, en kimono, évolue dans les festivals, les soirées thématiques en lien avec le Japon.

Pour en savoir plus et voir la danse du Nihon Buyo